• Adresse Infractive
  • 18-22 avenue Edouard Herriot Bât Carnot, Hall 9, 92350 Le Plessis-Robinson FRANCE
  • Téléphone Infractive
  • +33 1 75 49 81 30
  • Mail Infractive
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Performances applicatives

APM, AANPM Application Aware Performance Management

Quels indicateurs comprend le rapport des performances des applications IT ?

  • Quantitatifs, et qualitatifs donc subjectifs ?
  • Ou bien certains indicateurs qui sont liés au réseau simplement ?
  • Et d’autres liés au réseau et à l’application simultanément ?

De quel moment parle-t-on ? depuis la définition de l’architecture, du déploiement, ou de l’exploitation ?

Est-ce que les performances dépendent uniquement de l’application elle-même ? Réseau, Cloud, pare-feu, poste client, etc…

Comment assurer les performances des applications ?

  • En mesurant ses performances, sinon comment faire pour connaitre la dégradation , la vitesse de dégradation, les moments, la fréquences, le degré de sévérité, par rapport au ressenti utilisateur…
  • En faisant des Diagnostics/Audits réguliers donc, et du dépannage, qui est facilité par des outils déjà en place : Matrice d’agrégation, sonde disponible, indices de performances, historisation des métriques, accès aux dernières transactions complètes.

Le suivi des performances applicatives comprend un ensemble d’activité comme la mesure, la surveillance en continue et la capacité de déterminer des causes probables de dysfonctionnement au niveau même des applications.

Tous les outils du marché se basent sur les opérations suivantes :

  • La capture des informations,
  • La collecte, le stockage et l’indexation de ces informations,
  • La restitution (corrélation, agrégation, alertes et mise en forme du reporting)

Ce dispositif centralisé est utilement complété par la mesure des performances du point de vue de l’utilisateur, appelée Performances utilisateur de bout en bout (End to End user experience).

Il est donc dépendant des performances relevées au niveau des réseaux.

Mais le réseau, ce n’est pas tout. Une voie rapide peut être embouteillée ou bien encombrée par de la neige, les barrières d’entrée mal dimensionnées, les péages partiellement inopérants, les usagers trop nombreux, etc…

Un outil de surveillance des performances applicatives est donc nécessaire. Il est constitué d’un ensemble d’outils de capture d’informations et d’une partie analyse et d’une restitution sous différentes formes

La capture provient des différentes sources possibles : des Sondes de capture passives, de collecteurs NETFLOW, SNMP, WMI, des Agents installés dans les machines distantes, dans les mainframes ou bien dans les serveurs de virtualisation.

Le stockage de ces informations se situe le plus souvent dans des dispositifs liés aux outils d’analyse de performance. Il peut être organisé sur la base de stockage local ou bien distant comme le Cloud.

La restitution se présente sous la forme de tableau en temps réels, de rapports, d’alertes par l’intermédiaire d’outil d’interface.