• Adresse Infractive
  • 18-22 avenue Edouard Herriot Bât Carnot, Hall 9, 92350 Le Plessis-Robinson FRANCE
  • Téléphone Infractive
  • +33 1 75 49 81 30
  • Mail Infractive
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ethersam, une nouvelle méthodologie de test Ethernet - Scénarios de test EtherSAM

7. Scénarios de test EtherSAM

La méthodologie EtherSAM peut être utilisée pour plusieurs applications de test :

Objectifs
Avantages de la méthodologie EtherSAM
Laboratoire et
production
- Tester de nouveaux éléments avant de les déployer
- Tester les changements majeurs de configuration
- Le test de configuration de réseau détermine rapidement si les nouveaux éléments ou les changements de configuration produisent la performance prévue pour chaque service.
- Le test de services permet une analyse à pleine charge en testant simultanément les différents services et en assurant que tous les services respectent leurs objectifs de performance garantie.
Activation de service
- Valider un SLA avant d’activer un service
- Produire un « certificat de naissance » avant de livrer un circuit à un client
- Recueillir des statistiques de performance pour assurer une traçabilité
- Les tests EtherSAM assurent que les nouveaux services sont bien configurés avant d’être activés, même lorsque peu de temps peut être alloué aux tests.
- Les sous-tests peuvent servir à vérifier les SLA et à offrir aux clients une preuve de performance avant de leur livrer le circuit.
- Un rapport de test détaillé assure la traçabilité des données de rendement, ce qui s’avère utile lorsque des incidents sont signalés ; des « certificats de naissance » sont aussi émis pour les nouveaux circuits.
Dépannage
- Répondre aux tickets de service ou aux plaintes de clients
- Réparer les dégradations de rendement détectées par le système de surveillance
- EtherSAM peut servir d’outil de dépannage pour rapidement identifier quel service ou indicateur de performance est en situation d’échec sur un lien.
- Cet outil est disponible sur les instruments de test portatifs,
procurant une plus grande flexibilité d’utilisation aux techniciens de test, qui peuvent alors tester de n’importe où, par exemple chez l’abonné ou sur des sites retirés.
- Lorsqu’une réparation est effectuée, EtherSAM permet de valider la nouvelle configuration et de vérifier que les services existants sont préservés.

7.1 Tests en boucle

Le scénario de test EtherSAM le plus simple est le test en boucle, qui lance un test à partir des appareils de test jusqu’à des extrémités de boucle situées à des endroits clés. Les tests en boucle mettent en oeuvre les trois éléments suivants :

7.1.1 Des points de test centralisés

Ces points de test, tels que les têtes de test RTU-310/310G d’EXFO, sont généralement situés à des endroits fixes comme les noeuds de raccordement et les datacenters. Ils permettent un accès centralisé aux fonctions de test.

7.1.2 Des instruments de test portatifs

Ces appareils de test portatifs, tels que le Module de test Ethernet à 1 gigabit FTB-8510B, le Module de test Ethernet
à 10 gigabits FTB-8510G et le Module de test multiservice Power Blazer FTB-8130NGE, fournissent des fonctions de test avancées tant sur le coeur du réseau que chez les clients.

7.1.3 Des dispositifs de test en boucle

Les dispositifs de test en boucle offrent des fonctions de réception pour effectuer des tests aller-retour, notamment des fonctions permettant le traitement du trafic à grande vitesse et l’échange à la volée des adresses de destination, afin de préserver l’intégrité du réseau.
Ces dispositifs incluent :

  • Des appareils dédiés, tels que le dispositif de test Ethernet en boucle ETS-1000L d’EXFO
  • Des dispositifs d’interface de réseau (network interface device, ou NID), tels que le RAD ETX
  • Des appareils portatifs offrant des fonctions de test en boucle, tels que le Testeur Ethernet AXS-200/850 d’EXFO

2

7.2 Tests bidirectionnels

L’approche à deux instruments permet des tests plus précis. En l’occurrence, deux appareils prennent une mesure de SLA asymétrique, obtenant ainsi des résultats EtherSAM dans chacune des directions. Le principal avantage de cette approche est qu’elle permet d’identifier rapidement la direction qui n’a pas été configurée correctement ou sur laquelle des problèmes sont rencontrés, tout en fournissant des statistiques de performance par direction.

Les résultats des deux directions sont affichés sur l’appareil local. Cela permet à une seule personne d’effectuer l’ensemble de la séquence de test depuis un seul appareil, ce qui raccourcit la durée des tests et réduit le besoin de main-d’oeuvre.

Une telle flexibilité fait aussi en sorte que divers appareils peuvent être utilisés comme appareil à distance. Le cas le plus intéressant est celui d’un appareil de test installé à un point central et toujours configuré comme un appareil à distance (RTU), avec des adresses fixes. L’opérateur peut alors envoyer une seule personne au site de test afin d’effectuer les tests d’activation et de rodage rapidement et de façon efficace, sans avoir besoin d’un autre technicien sur le site.

L’approche à deux instruments offre aussi la possibilité de segmenter le réseau et de rapidement identifier dans quelle direction les problèmes surviennent. Cela est particulièrement important lorsque la bande passante est différente en émission et en réception.

Dans un tel cas, l’utilisation d’un dispositif de test en boucle produira toujours les mêmes résultats puisque la mesure sera affectée par le plus faible débit, et les résultats de test ne démontreront pas qu’une direction offre une meilleure efficacité que l’autre. La même situation se produirait si un service était mal configuré dans une seule direction du réseau. Selon le type d’erreur, le problème ne pourra être identifié avec des mesures aller-retour, ce qui mène souvent à des plaintes des abonnés et à des déplacements supplémentaires pour les équipes techniques. En revanche, avec l’approche à deux instruments, les deux directions sont analysées indépendamment et simultanément, avec des résultats succès/échec par direction, soit le plus haut niveau de fiabilité en matière de tests de services.

Cette approche requiert deux appareils de test, lesquels peuvent inclure :

  • Des instruments de test centralisés : ces instruments de test, tels que les têtes de test de services IP RTU-310/310G d’EXFO, sont généralement situés à des sites de test fixes tels que les noeuds de raccordement et les datacenters ; ils offrent un accès centralisé aux fonctions de test.
  • Des instruments de test portatifs : ces appareils portatifs, tels que le module de test Ethernet à 1 gigabit FTB-8510B, le module de test Ethernet à 10 gigabits FTB-8510G et le module de test multiservice Power Blazer FTB-8130NGE, offrent des fonctions avancées pour les tests sur le terrain ou chez l’abonné.

photo3